La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette

Dans le cadre du #ReadingClassicsChallenge2018, j’avais choisi de lire, en plus de Jules Verne, un texte de Madame de Lafayette. Ayant étudié l’an passé Zayde, un texte peu connu, j’avais envie de lire l’incontournable de cette auteure. Je l’avais trouvé pour 1€ à Emaüs, en parfait état.

Je dois avouer que j’ai débuté ma lecture avec quelques craintes : les autres lecteurs de La Princesse de Clèves avaient des avis mitigés. Soit ils avaient adoré, soient au contraire, ils avaient détesté, ou abandonné la lecture… Je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre. J’étais aussi très loin de penser qu’il s’agirait d’un coup de ♥.

DSC04505-01-01.jpg

Petit résumé : A la cour du Roi arrive une très belle jeune fille que tout le monde admire. Sa mère l’a éduquée de manière à ce qu’elle soit cultivée et vertueuse.

(En gros, cette fille est parfaite).

Bien évidemment, elle se fait courtiser par un grand nombre d’hommes, et finit par épouser M. de Clèves, pour qui elle éprouve de l’affection mais pas de véritables sentiments. Cependant, elle va tomber amoureuse de M. Nemours… Le récit se centre alors sur cette tension sentimentale entre les deux personnages qui s’aiment sans se le dire, dans une société où les rumeurs et suspicions vont bon train…

« Il y avait tant d’intérêts et tant de cabales différentes, et les dames y avaient tant de part que l’amour était toujours mêlé aux affaires et les affaires à l’amour. Personne n’était tranquille, ni indifférent ; on songeait à s’élever, à plaire, à servir ou à nuire ; on ne connaissait ni l’ennui, ni l’oisiveté, et on était toujours occupé des plaisirs ou des intrigues. » page 53

Le résumé que je vous propose est assez élagué par rapport au contenu du texte. En effet, il y a beaucoup plus de personnages qui sont mentionnés, et ce dès le départ ; ce qui a pu freiner certains lecteurs, je le conçois. En revanche, si l’on arrive à ne pas accorder une trop grande importance à tous ces détails, la lecture de ce texte devient réellement plaisante. Pour ma part, je n’ai pas eu trop de mal à me détacher de tous ces noms. Pour mon mémoire l’an dernier, j’étudiais la transmission à travers les rumeurs, commérages, « on-dit » : tous les personnages mentionnés contribuent à apporter des détails historiques mais surtout à créer un effet de masse typique de la cour, pour plonger le lecteur dans cette foule qui ne cesse de chuchoter entre elle et qui se transmet tout, même le faux. Mis à part le trio amoureux et quelques noms (le roi, la reine, Madame de Martigues), je n’ai pas retenu les autres personnages et cela n’a posé aucun soucis pour la compréhension du texte. Et c’est le principal, non ?

« Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci […] vous serez souvent trompée : ce qui paraît n’est presque jamais la vérité. » page 71

Au sein de ce récit principal sont incorporées des digressions, qui prolongent l’histoire et qui apportent de nombreuses informations sur l’Histoire (attention à la nuance 😉 ). J’ai apprécié ces petites parenthèses, car j’avais l’impression de me retrouver à écouter ces anecdotes, comme si je faisais moi-même partie de la conversation.

Le style de Madame de Lafayette, typique du XVIIe siècle, m’a énormément plu : cela donne un autre aspect au thème de l’amour, décuple la révélation des sentiments, dramatise un peu aussi les scènes de conflits entre les membres du triangle d’or du livre. J’ai aimé la manière dont Madame de Lafayette a analysé les sentiments et les différentes situations, je ne saurai trop expliquer pourquoi, mais j’y ai perçu un esprit fin. Bref, pour moi, tous les éléments sont réunis pour être transporté dans le passé et être spectateur de cette histoire d’amour problématique.

« Elle était si belle, ce jour-là, qu’il serait devenu amoureux quand il ne l’aurait pas été. » page 122

J’espère que cette chronique vous aider à vous lancer, ou à voir autrement ce texte qui peut être effrayant au départ…

N’hésitez pas à me dire si vous l’avez-lu/apprécié/détesté 😉

A très bientôt

Lilly

Publicités

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    J’en garde pas un excellent souvenir.. lu au lycée, donc avec un regard différent ^^

    J'aime

    1. lillyandbooks dit :

      Malheureusement les lectures obligatoires influencent le point de vue que l’on peut avoir sur une oeuvre… Peut-être qu’en le relisant aujourd’hui ça serait différent ? 😉

      Aimé par 1 personne

      1. lebouquinivre dit :

        Oui tu as entièrement raison!
        Une relecture serait intéressante 🙂

        J'aime

  2. AMBROISIE dit :

    J’ai toujours eu un peu peur de me lancer dans La Princesse de Cleve parce que justement les personnages semblaient trop parfaits et idéalisé mais grâce à ta chronique, elle me donne envie de le lire et de le découvrir.

    J'aime

    1. lillyandbooks dit :

      Je comprends. Bien sûr, c’est une description assez idéalisée, mais je trouve que ça a du charme et procure à l’histoire un décor qui permet de se projeter dans le passé ! 😉

      J'aime

  3. Gabrielle dit :

    Bonjour,
    J’ai rarement lu un livre qui m’ait autant plu ! J’ai même acheté Michèle Morgan lit « La princesse de Clèves » et sa voix si douce m’enchante toujours. Et je ne parle pas du film où Marina Vlady prête ses traits à l’héroïne. Le renoncement devant l’amour du duc de Nemours est difficile à comprendre surtout de nos jours. Néanmoins, ce livre reste un de ceux qui m’attire encore des années après l’avoir lu. Et il y a si longtemps de cela. Il reste ancré dans ma mémoire. Ma thèse a porté sur le XVIe siècle…

    J'aime

    1. lillyandbooks dit :

      Je suis très heureuse que ce livre te plaise autant ! Effectivement c’est un sujet qui devient difficile à comprendre mais cela a du charme, je trouve. C’était ma première lecture mais je pense que je le relirai sans hésiter ! Je t’admire pour avoir fait une thèse, surtout sur ce siècle !
      A très vite 🙂

      J'aime

  4. J’ai terminé ce livre hier au soir, ma lecture s’inscrivait également dans le #ReadingClassicsChallenge2018
    J’avais déjà lu du Jules Verne alors j’ai préféré découvrir Madame La Fayette, et tant qu’à faire, son ouvrage incontournable.
    Honnêtement, j’ai eu quelques difficultés à rentrer dans l’histoire du fait du début assez confus qui présente la cour (beaucoup de personnages sont cités et je ne comprenais pas les rapports qu’ils entretenaient les uns avec les autres).
    En même temps, il faut le dire, l’écriture de l’auteure n’est plus celle à laquelle nous sommes habitués dans les textes contemporains. Les formulations sont alambiquées, on trouve des imparfaits du subjonctif … bref, ça peut rebuter.
    Pour autant, je me suis laissée séduire par l’histoire du trio amoureux et je n’ai rien lâché.
    Je ne peux pas dire qu’il s’agit d’un coup de coeur mais je n’en regrette pas la lecture et je ne vais pas tarder à publier ma chronique.

    J'aime

    1. lillyandbooks dit :

      Je suis ravie de découvrir ton commentaire ! Tu as tout résumé, tout dit, merci !
      C’est vrai que ce trio amoureux, malgré toutes les complexités liées à l’écriture, est attachant.
      A bientôt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s